Qui paye la pub à la télévision, et en définitive qui paye les copyrights ? (des JT en particulier)

Publié le par Patrick K

Crise, chômage et travaux bibliques.


Crise, chomage et travaux bibliques !

Les chiffres du chômage annoncés ce jour sont catastrophiques et quasiment le double de ce qu'ils étaient en pertes d’emplois, depuis le début de cette crise financière et économique.

Les médias TV,  FR3 et l'A2, n'ont pas oubliés de nous le rappeler, sans pourtant éviter le recopiage, car avec ces 90200 chômeurs supplémentaires, il me semble que le traitement de ce sujet aurait mérité un autre que la simple diffusion de ce duplicata !

Par ailleurs, si la nouvelle grille de programme télé devait en principe nous épargner de la publicité, que devons nous penser de ces interventions quasi simultanées des représentants de ce gouvernement;  à nous conter tout le contraire de ce qu'ils nous chantaient cet automne dernier...et surtout de la part de cette avocate d'affaire et Ministre de l'industrie et de l'emploi, Madame Lagarde.


La seule bonne « restauration » et en souvenir du 19h57, ce serait de nous rendre cette plage horaire (et à chacun d'en faire ce qu'il veut), afin d’éviter les plagiats.  

Pour le reste, je laisserai le soin aux visionneurs, de traduire les inserts que je me suis permis d'y rajouter....

Bon film, et à bientôt.


Patrig K, pour Klapez. Le 26.02.09

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Non pas que j'en (nous en principe) fasse une maladie, mais cela fait parti aussi du décrytage médiatico o o !

Cette petite vidéo qui a été suspendue du site Agence Bretagne Presse alors qu'elle commençait a comptabiliser près de 40 visites environ vers 9 h au matin, alors qu'elle était en ligne depuis 1h57 le mème jour ! (Message du 26/02/09 09:07)

Au motif, je recite:

"ABP peut donc être poursuivi pour vol de propriété intellectuelle"

Il ce trouve que David Servenay de Rue 89, ne dit pas tout à fait la mème chose, à suivre ......autre petite retranscription....tv, de Arrèt sur Image cette fois. 

La capture d'image sur le net, n'est pas condamnable selon ce journaliste et mème si D S prétend que tout est plus compliqué que cela... 

Nous n'en doutons pas une seconde. PK pour Klapez.


Pour preuve Mozinor a eu gain de cause contre Besson et au sujet de cette vidéo , ci après.



Europa Corp - la recette besson [ parodie ]
envoyé par mozinor

Qui paye la pub à la télévision, et en définitive qui paye les copyrights ? (des JT en particulier)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 L'avis de RUE 89


Message du 28/02/09 16:32
> De : "Arnaud Aubron"
> A : "Patrick QUEMENER"
> Copie à :
> Objet : Re: ABP CENSURE ? pour qui ? vidéo tx bibliques 5.47
>
> Je ne suis pas sûr de bien comprendre le sens de votre message. J'ai bien regardé cette vidéo, qui viole effectivement le copyright de France Télévisions. Que puis-je faire pour vous?
>
> Arnaud (webmaster Rue 89)

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Puisque vous nous le demander, ici une contribution revendicative, non pas à votre destination, mais qui pourrait servir à ouvrir un débat.


A propos de capture: Ce que vous exprimez (le droit) ne correspond pas à ce que disait votre collègue et peut être connaissance, David Servenay sur la dernière édition de Arrêt sur image, cette émission de Daniel S et diffusée sur le net chaque semaine.
 
Et à propos d'une photo qu’ AI aurait "capturée" sur votre site Rue 89 titulaire des droits d’une photo qui appuyait un reportage concernant des dérives et violences dans la Grande Muette.

Tout cela est de plus en plus tordu !

Combien même le "droit" est ainsi fait, France Télévisions qui aux dernières nouvelles est toujours une télévision public (même que c'est le [p]Résident qui l'a dit), ces copies originales ou copyrights (d'ailleurs pourquoi un mot anglais pour une juridiction Française? Nous autres Bretons...n’y comprenons plus rien !…. heu ! ) devraient être "génériques" et "disponibles" en reproductibles, pour une information participative et suite… !

Surtout s'agissant d'une émission classifiée  "information", de ce JT (x  2) d'une qualité "redoutable".

Pour une fiction, un reportage digne de ce nom ces protections sont concevables. Mais un JT et quel JT! Étant entendu et dès lors que l'utilisation de cette (ou ces) capture n'a pas de but lucratif et/ou commercial! 

La démarche étant ici citoyenne venant de la part d'une micro-association loi 1901 et qui n'a d'autre intention que de mettre en évidence ce simulacre d'information aux  tonalités qui nous font le rappel de la confesse.

D'ou vient cette idiotie à interdire au conso-téléspectateur et payeur : 1 , de part la redevance et de 2,  par l'achat de  biens de consommations dont le fabriquant (ou négociant) aura au préalable intégré la facture de cette publicité et qui serre à financer en grande partie ces médiocrités aux « copyrights » protégés.

Respecter le droit est une chose, le faire évoluer en est une autre.
 

Ne jamais remettre en cause cette usure, est à mon sens de la connivence. Ne rien dire et laisser faire, même si cela peut paraître rébarbatif et désuet, à vouloir convaincre des convaincus.  Et de ça il est grand temps d'y remédier.

N'y voyez aucune agressivité vis à vis de vous, et acceptez nos excuses pour ce dérangement.

Si vous le souhaiter, n'hésitez à recopier en capture et aussi d’abonder dans cette idée.

Merci de me  lire et peut être a bientôt. Patrig Kéméner.

PS : Mea-culpa….

…. de voir ce pays partir à voilo.

Dans un précédent post, une grossière erreur d’orthographe a échappée à la vigilance de notre correcteur, et PAN sur le Klapez !

Il fallait lire ; de voir partir ce pays à voile …. Heu !   Il s’agissait de lire à vau d’eau, dont acte et pour satisfaire  ainsi les puristes en linguistiques.

Toutes nos excuses pour ces indélicatesses… à la françaises et de pures formes.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les exceptions au droit d'auteur


Le droit français reconnaît certaines limites au droit d'auteur. Elles figurent à l'article L.122-5 du code de la propriété intellectuelle (si vous devez ne retenir qu'un seul article de ce code, c'est celui-là). Dès lors que l'oeuvre a été divulguée par son auteur, celui-ci ne peut interdire :


1° Les représentations privées et gratuites effectuées exclusivement dans un cercle de famille (vous pouvez regarder votre DVD de Taxi 4 avec votre épouse et vos enfants ; une soirée entre amis entre dans ce cadre, mais si vous invitez tous vos collègues du service comptabilité, vous sortez de cette limite, a fortiori si la représentation a lieu ailleurs qu'à votre domicile).


2° La copie privée, qui s'entend de la copie réalisée à l'usage exclusif du copiste. C'est ripper un CD audio ou un DVD sur votre ordinateur, faire une copie d'un CD audio pour emporter dans la voiture sans crainte d'abîmer ou de se faire voler l'original, par exemple.

3° Sous réserve que soient indiqués clairement le nom de l'auteur et la source :


a) Les analyses et courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information de l'oeuvre à laquelle elles sont incorporées (vous pouvez citer de courts extraits d'un de mes billets pour démontrer que je suis nul en droit sans mon autorisation, et je ne peux même pas vous l'interdire) ;


b) Les revues de presse ;


c) La diffusion, même intégrale, des discours destinés au public prononcés dans les assemblées, ainsi que dans les réunions publiques d'ordre politique et les cérémonies officielles (vous pouvez publier l'intégralité des discours du président de la République sur votre blog) ;

4° La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre (d'où la légalité du clip de Mozinor sur Luc Besson) ;


Ajoutons que les reproductions que supposent nécessairement certains processus informatiques (mise en mémoire tampon, installation sur le disque dur) sont également couverts par la loi, ainsi que les reproductions faites par des bibliothèques à des fins d'accessibilité (transcription en braille) ou de conservation des originaux.


Le tout sous réserve de ne pas causer à l'auteur un préjudice injustifié.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article