L’Ex Clémenceau a bon port & Epilogue ?

Publié le par Patrick K

(Les autres titres auxquels vous n’allez pas échapper)

- D’un démantèlement à l’autre.

- Rappel toi,  Barbara …. Il neigeait ce jour là !

Fin manche, un petit répit musical et ironique s’impose….

« Q 790 »  a rejoint Hartlepool au Nord Est de la Grande Bretagne, pas très éloigné de Nottingham, de cette terre d’Écosse bien connue de ses légendes féodales.  

l’Ex Clemenceau  a-t-il enfin trouvé le bon port ? Après ce remorquage de plus de 1400 kms,  un point d'arrivée portuaire d’un genre nouveau  et de la quatrième dimension ! Normal, c’est de la région.

Dans ces contrées septentrionales ou  il existe des cales sèches et humides à la fois. De ces chantiers fantômes et imaginaires,  de ces parkings à bateaux américains échoués là, a attendre les jours sans lendemain, toutes les propriétés de cet industriel  qui affirmait haut et fort et dans un premier temps :  que son « usine » navale  est équipée de bassins étanches, et de raconter aux journalistes trois lignes plus loin sans aucune commune mesure  que les portes qui ferment ce fond de rade seront opérationnelles dans huit semaines juste après que le barrage de ce fond de chenal ne soit achevé ! Dit il ; à quelques mots près, sans que cela ne déclenche ni émotion ni scandale.

Étonnant non?

 

Alors que la crise pompe sans cesse, et nous vide d'emplois, nos responsables politiques et administratifs  ont décidés de brader à bas couts ce potentiel de travail.  A l’heure et au jour ou le résident distribue des milliards aux banquiers et fabricants, les dirigeants n’auront apporté aucune imagination a faire naitre en l’espèce, et cas d’exemple de profiter des conditions économiques et déontologiques environnementales, a ce servir de cette coque médiatique pour la création en amont d'une filière de démantèlements des navires en fin vie,  ici dans la cité au plus loin de la pointe de Bretagne et du Continent Européen, si souvent mis en exemple par ces mêmes dirigeants.

 

Pen ar bed, la fin de cette terre encerclée par l'un des plus grands autoroutes maritimes et mondiale, et incapable de mettre en place cette synergie nécessaire pour l'élaboration de ce chantier d'avenir, lui préférant a mettre en scène ces magnifiques et vieux gréements, dans des organisations festivals aux  équilibres économiques que l'on connait.

La carte postale oui, la cale à ferraille, NON.

Une foi de plus, à faire l'Autruche , et si à Brest, nous pouvons regretter de ne pas avoir cette féérique capacité à pomper, qui diable à bien put appeler ce quartier de la cité du Ponant, "Les 4 pompes"!

Echos ! C'est pour qui, "Les coups de pompes"   ?

Hier encore la presse régionale faisait état, et sauf erreur de ma part,  d'une dépense de près de 17 millions d'euros pour le périple et la facture de ce marché international ! Un marché International, validé et entériné dans ces conditions n'est que pure arrangement.

Ou alors comment expliquer que le simple plombier du coin, devra lui faire preuve de sa capacité et de la réalité de sa logistique et de ses moyens techniques d'exécutions, pour simplement  produire le devis chiffré pour la pose de la cuvette à commission de ce patron ou encore pour les agréments .. …. du Pacha!

Il fut un temps, certains voulaient faire passer les vessies pour des lanternes, faudrait pas pour autant; à nous faire croire, que quand la cale est sèche tout le monde il est plein ! Foie de Breton !

Et surtout, ne tenter pas de comprendre pourquoi j'y ai mis cette compétition de sports nautiques en fin de sujet. Car en réalité, ce n’est rien d'autre que "Jaky" ce Robin des bois marin, et vue sa rapidité d'intervention en vérifications « sociales » ce qui ne m’a pas autorisé de le filmer plus serrer, et pour le son, je n'ai retenu que ce juron:


" MAIS BORDEL!


IL EST OU LE BOUCHON ?"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article